Week-end… Freedom #2

Nous sommes sur les derniers jours de la fête foraine d’Orléans qui se termine ce dimanche. Se sera donc notre sujet pour le week-end.

fete-foraine2017

Comme tous les ans, au mois de Mai, la fête foraine s’installe au zénith d’Orléans pour une durée d’environ trois semaines.
Selon les jours, les horaires de fermetures varient mais ce parc d’attraction géant ouvre ses portes vers 16 heures.

Au programme de ce rendez-vous annuel, les traditionnels jeux avec lots à la clé, barbe à papa, manège pour petits et grands, dont certains procurent frissons et adrénaline.
Nous avons nos petits classiques pour adultes : le Break dance, le Master Dreams, le Uxo et L’oxygène. Pour les plus jeune, on trouvera les mini-auto-tamponneuses, le Dora aventure, le 1001 pattes ainsi que le manège Aladdin.
Pour le plaisir de beaucoup, on retrouvera le V-MAXX et la nouveauté, j’ai cité le manège Rotor !

D’après les échos qui traînent, la fête foraine devrait déménager au stade de la vallée, à Saran, pour 2019.

fete
Quand est né ce phénomène ? Quel en est l’origine ? Qu’y faisait-on ?
Telles sont les questions à se poser…

L’origine de la fête foraine 

A ces débuts, la foire est un espace privilégié d’échange et de commerce jusqu’au XVIIIe siècle; elle deviendra ensuite un lieu festif, consacré essentiellement au divertissement.
Cette transformation est le reflet du changement de régime politique, donc économique, opéré dans la société.
Cela commencera avec la Révolution française, qui insuffle sa nouvelle idéologie de liberté et de laicité, et à la Révolution Industrielle, qui provoqua le déplacement en masse de populations rurales vers les villes.
L’urbanisation entraine le déracinement des gens et la perte des valeurs traditionnelles, laissant un vide et la voie libre à des idées laiques basées sur la nouveauté et la modernité. On assiste alors à la naissance d’un phénomène social : la Fête Foraine !

1879_carte-postale-ancienne-saint-cloud-la

Les forains et la communication

Sur les grandes foires commerciales du Moyen Âge seules deux professions, en dehors des marchands, étaient autorisées à installer leur banc : le peseur d’or changeait l’argent (aujourd’hui, c’est le banquier), et le saltimbanque montrait ses tours, il deviendra le “banquiste”.
Le banquiste ou bonimenteur draine le public vers les attractions spectaculaires de la foire. Jusqu’au XVIIIe siècle, les jongleurs, le théâtre et le théâtre de marionnettes étaient les activités principales du spectacle forain.

Par la suite, les bonimenteurs ont diversifié leurs attractions : physique amusante, science populaire, musées d’art, musées de cire, musées historiques et ethnographiques, ménageries foraines, baraques de lutteurs… et enfin le cinéma. Les spectacles modernes comme le théâtre de boulevard, le music-hall, les illusionnistes, le sport-spectacle sont issus de cette tradition et de ces attractions.

corgnac-carte-postale-1

Artistes et marchands, les forains ont très vite inventé la notion de publicité. Ils utilisaient de manière empirique toutes les techniques de fascination intégrant la vue, l’ouïe, l’odorat comme un moyen d’attraction et d’animation. L’éloquence du bateleur a pour but d’attirer le chaland avant qu’il ne s’arrête à la caisse d’un concurrent, au même titre que la musique des orgues mécaniques et la multitude de bruits sortis des stands de tir, du martèlement des jeux de force, du cliquetis des roues de loterie, cloches et sonneries des manèges.
La publicité par affiche a été utilisée très tôt et à grande échelle en raison du caractère événementiel des fêtes foraines pour avertir les populations locales. Il en va de même dans l’utilisation du cinéma pour des reportages tournés sur place et diffusés comme actualités locales à la Fête, ancêtre des informations télévisées.

De même, les décors sont conçus de manière à se démarquer des commerces sédentaires et à  favoriser l’hypnose et l’étourdissement : manèges, torsades et volutes, tournent et s’enroulent indéfiniment dans les incrustations de miroirs. Sans oublier les effets de lumières et les confiseries qui donnent des goûts et des odeurs propres à la fête foraine, tels la barbe à papa, la noix de coco, la guimauve, les pommes d’amour, le pain d’épices…

eng02_anonyme_001f

 

Après la Seconde Guerre Mondiale, on constate la disparition progressive de la plupart des théâtres, musées, ménageries, cinématographes et autres, car ces spectacles nomades quittent la scène foraine pour se sédentariser. Sur le champ de foire subsistent encore les jeux (loteries et tirs), mais on voit se développer de plus en plus d’attractions où dominent les sensations de vertige et de vitesse.

De l’étonnement et de l’invitation au voyage immobile d’autrefois, la Fête Foraine actuelle est passée à la proposition d’une aventure physique, avec des attractions mettant le public dans des situations extrêmes et capables de susciter chez lui l’esprit de performance et d’exploit sans risque.

1a2b1a2983c1d2e4ba243f20c0986008.jpg

J’espère que cet article vous aura appris quelque chose et que vous verrez les fêtes foraines autrement !

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s